20/10/2008

 

Je me rappelle, enfant, être allée dans l’orphelinat où travaillait ma marraine. On a beau ne pas tout comprendre lorsqu’on est gosse, on n’en ressent pas moins les choses sans forcément être apte à apposer des mots sur ce que l’on perçoit.

 

Je me rappelle avoir traversé une pièce dans laquelle se trouvaient une dizaine d’enfants, tous plus mignons les uns que les autres. Ils ne jouaient pas. Ils attendaient. Oui mais quoi ? Alors j’ai posé la question à ma marraine et j’ai appris que ces petits êtres allaient recevoir la visite d’un couple de parents adoptifs. Dans le meilleur des cas, un de ces enfants allait enfin trouver une famille. Tant mieux. Mais qu’en était-il des autres ? Je ne peux m’imaginer ce qu’ils devaient éprouver de ne pas avoir été choisis. Quand j’y repense, des mots comme "cruauté", "injustice", "indécence" me viennent à l'esprit.

 

Cette scène ne m’a jamais quittée. Je me demande souvent ce que sont devenus ces enfants, comment ont grandi ceux et celles qui n’ont jamais été choisis pour X bonnes ou mauvaises raisons.

 

J’ai dans mon entourage un couple d’amis homosexuels. Je les aime et les respecte du plus profond de mon âme. Je connais leur souffrance de ne pas pouvoir adopter un enfant, simplement parce qu’ils ne correspondent pas au schéma « normal » de la famille. Et là, j’ai envie de hurler, de frapper contre nos législateurs en matière d’adoption car que vaut-il mieux ? Laisser croupir des enfants dans des orphelinats et les priver d’amour ou leur offrir la chance d’être aimés, respectés, désirés ?  Les homosexuels effectuent un réel choix de parentalité responsable, ce qui n’est pas le cas de beaucoup d’hétérosexuels à qui tout est du puisqu’ils font partie de cette abjecte « norme ». Certains de ces derniers peuvent procréer comme des lapins, ne pas s’occuper de leurs enfants, n’avoir aucun projet pédagogique et toucher leurs allocations familiales tous les mois. Ca, c’est normal. Et vous trouvez que le monde tourne rond ? Pas moi.

 

Oui, oui, on dira que les enfants ont besoin d’un référant masculin et d’un autre féminin pour pouvoir s’épanouir. Et les grands-parents, les frères et sœurs, les amis, c’est de la merde ? J’ai honte de cette société qui prive des enfants de la chance d’être aimés. J’ai honte de cette société qui stigmatise et décide à la place de ceux et de celles qu’ils méprisent en continuant à les traiter comme des erreurs de la nature. Honte à vous !

 

Je ne veux pas d’enfant par choix. Cependant, je ne tolère pas que l’on prive des êtres remarquables et qui feraient d’excellents parents d’offrir de l’amour et de l’attention à des êtres qui n’ont rien demandé, surtout pas à venir au monde.

23:47 Écrit par Woman in anger dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

C'est un sujet sensible que l'adoption d'enfants par les homosexuels...

Dans la logique de votre point de vue il est vrai que c'est un gâchis pour ces enfants mais par insinct je dirais que sincèrement, je vois plutôt deux femmes élever un enfant que deux hommes. Je ne sais pas je trouve cela un peu plus sain tant qu'on parle d'homosexualité.

En même temps il y a du pour et du contre comme dans tout débat et bien que je ne sois pas spécialement pour ni spécialement contre je trouve qu'on devrait donner à chacun sa chance d'aimer et d'être aimé mais la société est plus figée que jamais pour les moeurs modernes et curieusement de moins en moins humaniste.

Et pour faire une petite paranthès sur cette aimable société actuelle, je dirais que curieusement les gens perdent leur boussole en cas de crise financière qui somme tout n'affecte que d'un tout petit milième de mm leur bien être financier pour certains et cela provoque plus de révolte dans les rangs de l'homme nouveau que la mort d'un sans abri ou d'un mendiant en plein hiver.

Si c'est ça la morale des gens de loi qui refusent l'adoption aux homosexuels...

Simplement je ne comprends pas pourquoi vous ne voulez pas donner la vie, cela me dépasse un peu mais je ne juge pas et cela d'autant plus que vous devez avoir vos raisons.

Merveilleuse journée à vous, bonne Frédérique.

(Pas de jeu de mots vilain de ma part sur ce coup.)
(Mais sur ce coup-ci seulement...)

Écrit par : Tristemps | 21/10/2008

superbe texte et dure réalité ....combien de personnes désirent un enfant et n'ont pas la possibilité y a vraiment de quoi se révolter parfois et même souvent
bonne journée
bizz

Écrit par : anne | 29/10/2008

Les commentaires sont fermés.